Les voitures d’occasion chez les concessionnaires

Le prix demandé pour une voiture d’occasion par les concessionnaires est généralement de 15 à 20% plus cher que celui que vous pouvez trouver chez un particulier pour le même véhicule. Il y’a, dans ce surplus chez le concessionnaire, une partie qui représente une vraie valeur ajoutée et qui justifie une augmentation, mais il y’a aussi une partie tout à fait superflue car elle n’apporte aucune plus-value pour l’acheteur.

voiture d'occasion concessionnaires

Les avantages du concessionnaire qui apportent une valeur aux acheteurs :

I. Reconditionnement

Coût moyen pour le concessionnaire : 250 € – 1700 €

Marge bénéficiaire : 600 € – 1000 €

Les voitures des concessionnaires, même d’occasion, se doivent d’être  belles et en bonne état, voilà pourquoi des frais de reconditionnement interviennent. Ils sont principalement liés au lavage des voitures, au rembourrage des petits creux et des bosses sur la carrosserie, et à un passage obligé chez le mécanicien pour une inspection. Et, seules les voitures qui passent cet inspection ou dont les problèmes sont réparés, se retrouveront « sur les lignes de front » du concessionnaire pour la vente. Les autres seront généralement proposées aux enchères ou directement vendues aux grossistes.

II. Garantie Fabricant

Coût moyen pour le concessionnaire : 500 € + 500 € (coût de remise en état)

Marge bénéficiaire : 1000 € – 1200 €

Cette garantie est similaire à un reconditionnement, mais avec des inspections plus approfondies et réalisées par le fabricant même. Pour qu’une voiture puisse bénéficier de cette Garantie Fabricant, elle doit être récente et avoir un kilométrage limité. En passant cette inspection (ou en subissant les réparations pour atteindre son standard), le revendeur peut payer pour obtenir la certification du fabricant. Certification qui offre une Garantie Fabricant très prisée par les acheteurs.

Les dépenses du concessionnaire sans valeur ajoutée pour le véhicule :

I. Stock du concessionnaire

Coût moyen pour le concessionnaire : 3.5 millions €

Marge bénéficiaire : 600 € – 1000 € par véhicule

Les voitures que vous apercevez chez le concessionnaire ne sont pas arrivées là gratuitement, elles ont toutes été achetées par le concessionnaire. Ce stock coûte énormément d’argent. Il représente aussi un risque que les concessionnaires doivent nécessairement répercuter sur le prix de chaque voiture. Une mauvaise vente est ainsi compensée par les augmentations appliquées sur les autres véhicules.

II. Coût du capital investi par le concessionnaire

Coût moyen pour le concessionnaire : 12 millions € sur le long terme

Marge bénéficiaire : 1000 € à plus de 1500 €

Quand vous achèterez votre prochaine voiture d’occasion chez le concessionnaire, sachez que le prix que vous paierez inclura en partie le café qui vous sera offert, que vous l’ayez bu ou non. Ce prix inclura aussi tout ce qui suit : un showroom monstre avec des lumières et une climatisation fonctionnant 24h/24 et 7j/7, des impôts fonciers, l’entretien des bâtiments, et tous les autres artifices. La concession automobile  est coûteuse à exploiter et, c’est grâce aux acheteurs que ces 12 millions € de dépenses d’investissement devront tôt ou tard être récupérés.

III. Employés du concessionnaire

Salaire du vendeur en salle : 50 000 € par an

Salaire du directeur financier : 90 000 € par an

Salaire du directeur des ventes : plus de 100 000 € par an

Marge bénéficiaire : 700 € à plus de 1000 €

Les vendeurs, directeurs des ventes, directeurs financiers ainsi que toutes les personnes qui travaillent dans la concession doivent être payés. S’ajoutent encore souvent à ces coûts induits, ceux des commissions, pratique largement répandue chez les concessionnaires.

IV. Bénéfice du concessionnaire

Marge bénéficiaire : 700 € à plus de 1000 €

Les concessionnaires sont avant tout des entreprises commerciales. Toute entreprise de ce type doit pouvoir générer des profits, et donc dégager davantage d’argent que nécessaire à ses propres coûts de fonctionnement. Le concessionnaire représente, en plus, un modèle économique particulier, car ces marges ne sont pas constantes sur chaque voiture, ce qui signifie qu’il peut essayer de maximiser son profit avec chaque acheteur qui passe le seuil de sa porte, ceux-ci étant de moins en moins nombreux. Potentiellement, cette variable peut atteindre jusqu’à 7000€ et ne peut donc pas être prise à la légère.

Les intérêts pour l’acheteur d’acheter directement auprès du propriétaire paraissent, dès lors, évidents. Cela étant, certains trouveront toujours d’autres raisons à, tout de même, privilégier l’achat chez les concessionnaires ou les sites tiers de confiance.

50% de fraudes sur la vente de voitures d’occasion

Acheter une voiture d'occasionLe site franceinfo.fr fait part d’un constat accablant sur diverses fraudes concernant la vente de voitures d’occasion suite à une récente enquête de la DGCCRF.

Fausses premières mains, triche au kilométrage et absence de documents ou mal remplis, l’enquête se penche sur les principales infractions constatées sur pas moins de la moitié des véhicules contrôlés auprès de professionnels !

Un bilan alarmant, surtout si on le compare au succès du programme Car-Pass de nos voisins belges, qui, en 10 ans, a permis d’éliminer presque totalement la fraude au compteur.

La DGCCRF appelle donc à la plus grande vigilance et recommande d’éviter tout achat impulsif, même chez les professionnels.

Si vous souhaitez éviter ce genre de problèmes, les sites sécurisés de vente de voitures d’occasion sont une alternative à prendre en compte.

 

 

Les vendeurs de voitures d’occasion confrontés aux compteurs trafiqués

La fraude au kilométrage d’agents peu scrupuleux est de nouveau d’actualité et toucherait pas moins de 8 à 10% des véhicules d’occasion revendus en Europe. Surtout répandu dans les années 90, ce délit refait surface de façon inquiétante grâce à l’information internet qui rend désormais possible, à n’importe qui et avec peu de moyens, de « rajeunir » de manière trompeuse sa voiture.

voiture occasion

Alors qu’à l’époque, les malfaiteurs étaient principalement des revendeurs de véhicules d’occasion, aujourd’hui, ce sont les revendeurs mêmes qui semblent être victimes de ce fléau et sonnent l’alarme auprès des autorités. Le risque de poursuites judiciaires et de ternir leur réputation place le revendeur dans une situation telle que s’il ne s’aperçoit de rien et vend le véhicule trafiqué et que l’acquéreur constate l’anomalie, il encourt une peine de 2 ans d’emprisonnement et de plusieurs milliers d’euros d’amende.

70% des concessionnaires se disent d’ailleurs et à juste-titre préoccupés par ce phénomène et c’est 40% qui reconnaissent en avoir déjà fait l’expérience après-vente.

Pour avoir une idée de l’ampleur que prend cette triche au compteur, un distributeur anglais indépendant à récemment été inculpé pour avoir manipulé les compteurs des véhicules qu’il revendait pour un total record de plusieurs millions de kilomètres effacés. Selon un contrôle HPI, c’est 1 véhicule sur 20 contrôlés qui a montré un kilométrage discordant.

Mis à part la tromperie qui terni le marché de l’occasion et n’est pas sans graves désagréments pour le conducteur acheteur, ce dernier déboursera au final 2 à 3000€ de plus sur la valeur réelle du véhicule et sera confronté à des frais inattendus. Frais liés notamment aux remplacements de pièces bien avant l’heure prévue, ou pire, à devoir remplacer le moteur suite à une courroie de distribution qui casse parce que son échéance de remplacement kilométrique est dépassée tandis que le compteur disait le contraire. Pour conclure sur cet enchaînement de malheurs qui s’abattra sur l’acheteur de bonne foi, des risques de poursuites lors de la vente de ce véhicule ne sont pas impossibles.

Se protéger contre le risque

Cela est possible en contrôlant l’historique de la voiture. Chaque passage au garage devrait être facturé, daté et le kilométrage devrait être mentionné, c’est l’une des manières les plus simples et crédibles pour établir une cohérence entre le kilométrage du véhicule et son historique. Sans cet historique, la prudence doit prévaloir ! Toutefois, des fraudes minimes ou plus importantes sont possibles d’autant plus que les dates d’entretiens sont espacées. Se méfier aussi des factures et du carnet d’entretien falsifiés, une écriture trop uniforme avec le même tampon à chaque fois peut aussi être le signe d’un faux. Pour certaines marques, modifier le kilométrage n’est pas suffisant, car il y’a un rendu qui se trouve aussi sur la clé ou sur le boîtier de gestion moteur, ce qui permet de déceler la fraude à coup sûr. Vous pouvez également, sur demande auprès du contrôle technique, obtenir les kilométrages relevés lors des contrôles techniques précédents. Sur présentation des documents de propriété du véhicule, cette demande d’information est faisable depuis le site web :www.utac-otc.com

Achat de voiture d’occasion, attention aux arnaques !

Environ 20% des acheteurs de voitures d’occasions estiment qu’ils ont payé trop cher pour leur véhicule. Quand ce constat est réalisé, la vente est hélas déjà conclue, le prix déjà payé et la gaffe irréparable. Pire encore, certains se retrouvent avec une voiture volée ou radiée.

a-vendre

La plupart des acheteurs ne font pas appel aux professionnels pour les vérifications de la voiture et surtout du moteur mais comptent, pour beaucoup, sur un ami ou un parent. Bien qu’il soit possible de contrôler assez facilement l’historique de la voiture en vérifiant les derniers contrats d’assurance et les fiches d’entretien, les acheteurs n’en tirent pas pleinement profit.

L’absence du dernier contrôle technique est aussi un élément qui passe trop souvent inaperçu alors qu’il devrait susciter nos interrogations.

Faites également bien attention au fait que votre vendeur soit bien le propriétaire indiqué sur la carte grise, c’est en omettant ces simples points qu’arrivent la plupart des problèmes.

Vigilance sur les voitures d’occasion

Pour ne pas se faire tromper par le vendeur et le regretter à l’avenir, il est donc fortement conseillé, pour les non spécialistes, de payer pour une inspection professionnelle.

Un expert agréé, comme ceux travaillant pour AutoRéduc.com, va se déplacer chez le vendeur, expertiser et tester le véhicule et vous fournira même une estimation réelle des frais de remise en état !

Vous pouvez ainsi maintenant acheter votre voiture en toute confiance et vous la faire livrer à domicile 🙂